Syndrome de l'imposteur : comment s'en sortir ?

Syndrome de l’imposteur : comment s’en sortir ?

As-tu l’impression d’être toujours moins compétent.e que les autres ?

As-tu du mal à accepter des compliments sur ton travail ?

As-tu tendance à attribuer tes succès à la chance ou à des circonstances favorables ?

 

Dans mon ancien job d’ingénieure,

Quand on me proposait quelque chose de nouveau à faire, quelque chose que je n’avais jamais fait avant…

Dans un premier temps, j’étais contente de la confiance qu’on m’accordait 😃

 

Mais très vite, je me disais :

« Tu ne sais pas comment faire ça, tu vas te planter »

« Refuse, tu ne seras jamais capable de le faire »…

 

Alors souvent, je finissais par refuser cette tâche.

Ou si ce n’était pas possible, j’y allais à reculons avec la boule au ventre 😰

 

Si tu te reconnais dans mon exemple ou dans les questions du début,

Alors il est possible que tu souffres du syndrome de l’imposteur.

Personnellement, je suis sévèrement atteinte 😅

 

Mon syndrome de l’imposteur m’accompagne au quotidien.

Et il a bien failli m’empêcher de changer de voie

 

Tous les reconversionneurs (ou presque 😋) passent par des phases inconfortables.

De doute, de remise en question, de perte de confiance en soi…

Et c’est totalement normal ! Ça fait partie du processus et c’est ce qui permet de faire les plus grands pas en avant 💪

 

Mais parfois… quand le syndrome de l’imposteur s’en mêle…

Ces périodes peuvent être encore plus difficiles, et finir par amener la personne à abandonner son projet pour les mauvaises raisons 😥

Et je veux à tout prix t’éviter ça !

 

Dans cet article, on va aborder tout ce que tu dois savoir pour ne pas laisser ce foutu syndrome de l’imposteur foutre en l’air ta reconversion :

  • Qu’est-ce que le syndrome de l’imposteur
  • Ce que ça veut dire pour les personnes concernées
  • Comment il se manifeste (les symptômes si on veut)
  • Ses causes
  • Le cycle de l’imposteur
  • Comment savoir si tu es concerné par ce phénomène
  • Et pour les personnes atteintes du syndrome de l’imposteur : comment s’en sortir ?

Bonne lecture 🙃

Cadeau

Télécharge ton cadeau de bienvenue !

Le syndrome de l'imposteur : qu'est-ce que c'est ?

Commençons par le commencement 😉

Le syndrome de l’imposteur est un sentiment qui empêche les personnes concernées de donner le meilleur d’elles mêmes dans leur vie pro ou perso.

Parce qu’elles ne se sentent pas assez légitimes, pas assez à la hauteur, pas capables d’y arriver.

Selon Pauline Rose-Clance, l’une des psychologues à l’origine de l’identification de ce syndrome (appelé à la base « le phénomène de l’imposteur« ),

👉 60 à 70% de la population mondiale peut être amenée à ressentir au moins une fois dans sa vie, les effets du syndrome de l’imposteur 😱

Qu'est-ce que ressentent les personnes atteintes du syndrome de l'imposteur ?

On va voir 3 peurs que peuvent ressentir les personnes concernées par le syndrome de l’imposteur.

Elles s’appliquent surtout dans le milieu professionnel.

Mais je tiens à préciser que le syndrome de l’imposteur ne se limite pas seulement à ce domaine.

Il peut aussi se manifester dans d’autres aspects de la vie d’une personne (vie sentimentale, relations familiales, études…)

La peur d'être démasqué

Puisqu’ils se considèrent (consciemment ou inconsciemment) comme des imposteurs,

Ceux qui sont atteints de ce syndrome ont souvent peur d’être démasqués.

 

Ils ont l’impression de ne pas être à leur place, de ne pas mériter leur situation.

Et donc de tromper leur entourage (collègues, managers, pairs…)

Ils ont peur que quelqu’un finisse par réaliser qu’ils n’ont pas les capacités ou les compétences nécessaires pour exercer ce travail.

 

👉 Tout ça génère du stress et de l’anxiété au quotidien ou dans les échanges avec les autres (collègues, hiérarchie)

👉 Et ça empêche les personnes concernées d’être pleinement épanouies dans leur travail.

 

Cette peur touche tout particulièrement les personnes qui n’ont pas de diplôme dans leur domaine professionnel…

Quand je travaillais à Pôle Emploi,

Un jour j’ai reçu une dame qui était aide-soignante.

Elle était diplômée de son pays natal, mais son diplôme n’était malheureusement pas reconnu en France.

 

Je lui ai alors présenté les deux options qu’elle avait :

  • Faire un dossier de Validation des Acquis d’Expérience (VAE) pour obtenir le diplôme français en valorisant ses années d’expérience.
  • Ou refaire la formation d’aide-soignant en France en entier pour obtenir le diplôme par la voie « classique ».


 Je vous laisse deviner ce qu’elle a choisit
😉

Ça faisait plus de 10 ans qu’elle exerçait sont métier… elle le connaissait par cœur…

Mais elle a quand même préféré refaire la formation d’aide-soignant,

Parce qu’elle ne se sentait pas légitime d’exercer en France sans obtenir le diplôme de la même manière que les autres.

Et pour elle, faire un VAE ça voulait dire « tricher ».

Malheureusement, en France, la culture des diplômes est très présente.

Ce qui contribuer à renforcer le syndrome de l’imposteur chez les autodidactes.

Alors qu’il y a tellement d’autres manières d’apprendre un métier que par une formation !

 

⚠ Si tu es au moment de te reconversion où tu hésites à suivre une formation, demande-toi pourquoi tu le ferais ?

Est-ce que tu en as envie ou besoin (diplôme exigé pour exercer le métier qui t’attire) ?

Ou est-ce que ça vient d’une peur de ne pas te sentir légitime/capable d’y arriver sans diplôme ?

La peur de se lancer

Comme pour moi dans mon job d’ingénieure,

Certaines personnes atteintes du syndrome de l’imposteur ont peur de tester de nouvelles choses.

 

Elles ont peur d’échouer

Car elles ne pensent pas avoir les compétences nécessaires pour y arriver.

 

Cette peur s’applique aussi aux personnes en reconversion professionnelle.

Il peut être très difficile pour quelqu’un atteint du syndrome de l’imposteur,

De se sentir légitime de se lancer dans un tout nouveau métier 😱

 

On observe alors deux phénomènes :

  • Soit la personne cherche à accumuler toujours plus de connaissances en pensant qu’à un moment elle se sentira légitime,
  • Soit elle abandonne son projet par peur d’échouer.

Dans les deux cas, le comportement contribue à renforcer ce sentiment d’illégitimité (voir partie sur le cycle de l’imposteur).

La peur de réussir

La 3ème peur dont je voulais te parler est la peur de réussir.

Je sais, ça peut paraitre étrange mais tu vas vite comprendre 😉

 

On l’a vu, les personnes concernées par le syndrome de l’imposteur ne pensent pas avoir les compétences nécessaires pour réussir une tâche.

Quand elles réussissent c’est donc « par chance » ou « parce que la tâche n’était pas si compliquée que ça ».

 

👉 Elles se sentent alors coupables de réussir parce qu’elles n’estiment pas mériter ce succès.

👉 Elles peuvent aussi avoir peur de ne pas pouvoir reproduire un succès déjà réalisé.

👉 Ou encore, peur qu’on leur demande davantage par la suite si elles réussissent  (exigences plus élevées et donc risque plus élevé d’être démasqué).

Alors que...

Alors que très souvent…

Ces “imposteurs” sont perçus par leur entourage comme des personnes particulièrement compétentes,

Et habiles dans la gestion de leur carrière !

 

Ce qui renforce malheureusement le sentiment de tromperie qu’elles peuvent ressentir 😵

Comment se manifeste-t-il ?

Très concrètement,

Voici quelques « symptômes » du syndrome de l’imposteur :

Externaliser ses réussites

Quelqu’un qui est concerné par le syndrome de l’imposteur

Attribue souvent ses réussites à des facteurs externes comme la chance, le hasard, la facilité de la tâche…

Et non pas à ses compétences.

 

De manière générale,

Il aura tendance à sous-évaluer et dévaloriser constamment ses capacités 😥

 

Ça peut se traduire par des phrases comme :

« C’était pas très compliqué »

 

« C’est surtout grâce à untel, il a quasiment tout fait »

Ou encore « J’ai eu l’augmentation parce que je m’entends bien avec mon boss. »

Internaliser ses échecs

Au contraire, dans une situation d’échec…

Une personne atteinte du syndrome de l’imposteur aura tendance à s’attribuer entièrement le poids de cet échec.

Ça sera toujours de sa faute…

Parce qu’elle n’est pas assez compétente, intelligente, qu’elle n’a pas assez de connaissances…

Se comparer

Consciemment ou inconsciemment,

Les personnes concernées par le syndrome de l’imposteur peuvent avoir tendance à énormément se comparer aux autres.

A leurs collègues, à leurs amis, à leurs pairs…

Toujours en se disant que les autres sont plus compétents, plus intelligents, plus légitimes qu’elles.

Le travail excessif

Travail excessif

On observe 2 stratégies principales chez les personnes qui souffrent de ce syndrome.

La première est celle du travail excessif.

La personne ne se sentant pas légitime d’exercer son métier,

Et ayant peur de ne pas être à la hauteur et d’être démasquée…

Elle se lance à corps perdu dans le travail.

Par peur d’échouer elle fait tout pour réussir,

Même si ça veut dire faire beaucoup d’heures et se consacrer entièrement à son travail 😨

L'auto-sabotage

La deuxième stratégie qu’on observe est celle de l’auto-sabotage.

Il existe énormément de techniques d’auto-sabotage,

La plus connue étant la procrastination (toi aussi tu la connais celle-là ? 😉)

Voici quelques exemples de comportements d’auto-sabotage, ou la personne s’empêche elle-même (souvent inconsciemment) de réussir sa tâche :

  • Attendre le dernier moment pour faire les choses,
  • Ne pas se préparer pour un entretien, mal s’habiller ou arriver en retard,
  • Passer un appel à un horaire où on sait que la personne ne sera pas disponible en espérant qu’elle ne décrochera pas…

Mais pourquoi diable faire une chose pareil ? 😄

👉 Dès le début, la personne est persuadée qu’elle ne va pas y arriver.

Elle n’est donc pas très motivée… d’où l’envie de procrastiner.

Ensuite, en adoptant cette stratégie, elle augmente les chances que la tâche ne puisse pas se faire.

Ce qui réduit le risque que quelqu’un se rende compte de son « incompétence ».

En faisant tout ça, la personne a l’impression qu’elle se protège d’une situation inconfortable, d’une émotion négative…

Alors qu’en réalité, elle se fait plus de mal que de bien 😥

D’après le site Positive Intelligence, il existe 9 grandes techniques d’auto-sabotage.

👉 Pour savoir quelles techniques tu appliques dans ta vie de tous les jours,

Ils ont un petit test gratuit que tu peux faire sur leur site 😉

Personnellement, ça m’a aidé à me rendre compte de tout ce que je mettais en place inconsciemment pour m’empêcher de réussir 😱

(Par contre, je préfère te prévenir… il est en anglais 😋)

Les causes du syndrome de l'imposteur

Là, tu te demandes peut-être comme moi…

Comment ça se fait qu’autant de gens en souffrent ? 😰

Quelles sont les causes de ce foutu syndrome ?

C’est ce que nous allons voir 👇

Notre enfance

Comme beaucoup de phénomènes psychologiques, le syndrome de l’imposteur prendrait racine dans notre tendre enfance.

Plusieurs comportements peuvent en être à l’origine. En voici quelques uns :

 

👉 Une sur-idéalisation de l’enfant par son entourage (parents, enseignants…) :

L’enfant intègre alors qu’il est parfait et donc qu’il n’a pas le droit à l’erreur.

Sauf qu’il finit forcément par en faire une, puisque l’erreur est humaine 🙃

Et lorsque ça arrive, il se rend compte qu’il n’est finalement pas parfait.

Et il se dit automatiquement que puisqu’il n’est pas parfait, il est forcément un imposteur

 

👉 Un manque de valorisation de l’enfant :

A contrario, quand les capacités/talents de l’enfant ne sont pas suffisamment valorisées,

Il n’arrive pas à intégrer un sentiment de confiance, d’estime ou d’efficacité.

Il n’a donc pas conscience de ses capacités ou de son intelligence.

Ce qui peut favoriser le développement d’un syndrome de l’imposteur.

 

👉 Une comparaison constante :

Quand l’enfant est beaucoup comparé aux autres (ses amis, ses cousins, ses compagnons de classe…)

Et souvent pour lui dire que les autres ont quelque chose qu’il n’a pas, qu’ils sont meilleurs que lui

Alors l’enfant peut commencer à croire qu’il ne vaut rien, à se sentir comme un imposteur.

Causes syndrome de l'imposteur

Le (non) droit à l'erreur

D’après le psychologue Kévin Chassangre, une chose qui favorise le développement du syndrome de l’imposteur, est la croyance qu’on n’a pas le droit à l’erreur.

Que c’est tout ou rien, noir ou blanc : « soit je suis compétent, soit je suis un imposteur »

La personne ne voit alors pas l’intelligence ou la performance comme quelque chose qui évolue, mais plutôt comme quelque chose d’inné.

Alors que c’est justement nos erreurs qui nous permettent de nous améliorer !

La peur du rejet

Et puis il y a la peur de ne pas être accepté, d’être rejeté par sa communauté.

 

Avant, (il y a très longtemps 😄) notre survie était directement liée au fait de vivre en groupe.

Être isolé du groupe représentait une menace pour sa sécurité.

Aujourd’hui, ce n’est plus le cas mais notre cerveau a gardé ce besoin d’appartenir à une communauté, et la peur d’être rejeté par cette dernière.

 

Tout ça nous pousse entant qu’êtres humains à vouloir être accepté à tout prix,

Et ça contribue à renforcer chez les personnes atteintes du syndrome, la peur d’être démasqué.

 

👉 Et toi ? Si tu ressens le syndrome de l’imposteur, as-tu une idée d’où ça pourrait venir ? Dis-nous tout dans la zone « commentaires » en dessous 🤗

Le cycle de l'imposteur

Le cycle de l’imposteur est un cercle vicieux qui se met en place chez les personnes atteintes du syndrome.

Il entraine chez la personne des pensées négatives et un repli sur soi.

Il alimente de lui même la faible confiance en soi et le sentiment d’imposture 😰

Cycle de l'imposteur

Es-tu atteint du syndrome de l'imposteur ?

Te reconnais-tu dans ce que tu viens de lire ?

 

La psychologue Pauline Rose-Clance a mis au point un test de 20 questions,

Pour savoir à quel point tu es concerné par le syndrome de l’imposteur,

A la fin tu obtiens un score sur 100 qui t’indique de quelle manière le syndrome de l’imposteur est présent dans ta vie.

 

Personnellement j’ai obtenu 86…

Tu comprends maintenant mon envie d’écrire cet article 😉

 

⚠ Je tiens absolument à dire que malgré tout ce que tu viens de lire…

Le syndrome de l’imposteur n’est pas une pathologie.

Et ce n’est en aucun cas une fatalité !

 

Mais alors comment s’en sortir ?

👉 C’est ce qu’on va voir dans la dernière partie de cet article 😊

Syndrome de l'imposteur : comment s'en sortir ?

Le premier pas c’est de le diagnostiquer, le nommer 😊

Prendre conscience que certains de tes comportements peuvent être dus au syndrome de l’imposteur.

Ensuite il faut essayer de briser le cercle vicieux dont je parle plus haut.

Et pour ça, voici quelques tips 👇

1. En parler

D’après le psychologue Kévin Chassangre, le plus important c’est surtout d’en parler !

De s’autoriser à lever le secret… à être faillible, pour éviter de tomber dans le piège du repli sur soi.

En parler au tour de toi te permettra de te libérer d’un poids,

De te rendre compte que tu es loin d’être le/la seul.e à souffrir de ce phénomène,

Et d’avoir les retours de ton entourage qui te diront que tu as des vraies compétences !

2. Comprendre

La deuxième étape est de chercher à comprendre d’où vient ce syndrome de l’imposteur pour toi.

Vaste question…

Personnellement, je n’ai toujours pas réussi à l’identifier 😅

Mais je continue à chercher !

 

👉 Commence par identifier dans quels contextes tu ressens ses effets (cf. partie « Comment il se manifeste ? »)

Je te conseille de tenir un journal,

Où tu notes à chaque fois que tu observes chez toi un des comportements « types » du syndrome (dévaloriser tes succès, internaliser tes échecs, te comparer aux autres, trop travailler, procrastiner).

 

Note bien la situation dans laquelle ça t’es arrivé et ce qui a déclenché ces pensées négatives.

L’idée est dans un premier temps, d’apprendre à repérer son fonctionnement pour ne plus qu’il te gouverne 💪

 

👉 Ensuite, cherche à comprendre pour chaque situation, pourquoi tu as ressenti ça ?

D’où est-ce que ça pourrait venir dans ton passé ?

Aide-toi des causes qu’on a abordé plus haut.

 

C’est un exercice qui peut-être très inconfortable et difficile à mener seul.

Si tu es particulièrement affecté par le syndrome de l’imposteur, je te conseille plutôt d’aller creuser tout ça avec l’aide d’un thérapeute 🤗

3. Prendre conscience de ta valeur

La troisième étape pour t’en sortir

C’est tout simplement de prendre conscience de ta propre valeur 💪

D’accepter tes points forts.

 

Pour booster ta confiance en toi :

👉 Fais une liste de tes réussites (pro et perso) et de la valeur qu’elles ont pu apporter (aux autres, à une cause, à un projet…)

Et ne me dis pas que tu n’en as pas, je sais que ce n’est pas vrai 🥰

 

👉 Tu peux aussi noter à chaque fois que quelqu’un te fait un compliment.

 

👉 Ou encore, faire une liste de tes forces

4. Accepter de se tromper

Mais surtout… je t’en supplie, accepte de te tromper !

Ne te mets pas la pression pour atteindre un idéal impossible.

 

Est-ce que tu parlerais à tes amis comme tu te parles à toi-même ?

Je sais que ce n’est pas simple mais efforce-toi de mettre de la nuance dans les jugements que tu portes sur toi, plus de bienveillance.

Je suis convaincue que tu es quelqu’un d’incroyable et que tu as beaucoup à apporter au monde 😃

5. Relativiser

Et finalement…

Tu ne seras jamais sûr de toi à 100% et ce n’est pas grave.

C’est même totalement normal !

 

Douter, c’est bien. C’est même plutôt sain.

Le tout c’est de ne pas laisser ces pensées t’empêcher d’avancer.

Flippe mais fais le quand même 😄

 

Le but c’est de relativiser et d’arriver à te dire :

« J’ai ça ? Ok ! C’est là mais ça ne me définit pas. Je ne suis pas obligé de l’écouter. Je peux le dépasser ! »

Conclusion

Le syndrome de l’imposteur est un ressenti, pas un fait.

Et il n’est pas figé !

C’est d’ailleurs pour ça que les psychologues à l’origine de son identification l’avait appelé « phénomène de l’imposteur » et non pas « syndrome« .

 

Rappelle-toi que les vrais imposteurs ne se posent pas la question de savoir s’ils sont à leur place ou pas 😅

Comme le dit le psychologue Kévin Chassangre :

« Rares sont les personnes vraiment compétentes ou intelligentes à ne jamais douter d’elles mêmes » 😉

 

Si tu veux en savoir plus sur ce phénomène de l’imposteur,

Je te conseille d’écouter cet épisode du podcast Émotions de Louie Media.

Il m’a aidé à comprendre comment le syndrome de l’imposteur se manifeste chez moi 🤗

 
 
A la semaine prochaine pour un nouvel article !

Estelle

Cadeau

Télécharge ton cadeau de bienvenue !

Syndrome de l'imposteur : comment s'en sortir ?
Cet article t'a plu ?
Partage-le sur Pinterest !

Passe ta souris au dessus de l’image et clique sur le logo Pinterest 😉

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *