Témoignage d'Anne : 4 choses à savoir avant de devenir indépendant

Témoignage d’Anne : 4 choses à savoir avant de devenir indépendant

Ancienne consultante, au bout de 2 ans et demi, Anne décide d’entamer une reconversion au sein de son entreprise pour devenir Designer. Mais elle n’est pas complètement satisfaite de sa nouvelle situation…

Elle a envie de plus de liberté, de gérer son propre projet… Alors elle décide finalement de quitter son entreprise pour devenir indépendante !

Après moult péripéties, Anne est aujourd’hui UX Designer à son compte et elle nous raconte dans cet article, tout ce qu’elle aurait aimé savoir avant de se lancer.

Bonne lecture 😉

Cadeau

Télécharge ton cadeau de bienvenue !

A 27 ans, après 4 ans de vie professionnelle, j’ai quitté mon entreprise pour devenir indépendante.

On ne peut pas dire que j’ai pris cette décision sur un coup de tête. Cela faisait 6 mois que je souhaitais changer de travail. L’opportunité de travailler pour l’association où j’étais bénévole s’est présentée. J’étais entourée de plusieurs femmes entrepreneures qui menaient des vies trépidantes qui me faisaient envie.

Je me suis dit que c’était le moment où jamais d’essayer.

Je n’avais pas d’emprunt, pas d’enfant, rien à perdre à part un peu d’économies.

J’ai réalisé que si je ne le tentais pas, je le regretterais. Ce fût l’élément décisif. Je posai donc ma démission, sans éligibilité au chômage.

Je préparai la suite durant les plus de 3 mois de préavis qui me parurent bien longs. Et me voilà indépendante en septembre 2021.

J’avais beau avoir fait une école de commerce, j’étais peu préparée à l’auto-entrepreneuriat.

Je sonnai donc à toutes les portes et découvris plusieurs ressources et informations utiles :

  1. Il existe de nombreux status possibles, dont certains offrant autant de sécurité que le salariat.
  2. Il existe de nombreuses aides et accompagnements pour se lancer et réussir.
  3. Il existe des frais « cachés » à prendre en compte avant de se lancer et de se facturer.
  4. Il existe toute une communauté : indépendant ne signifie pas seul·e !

Voici les 4 choses que j’aurais aimé savoir avant de me lancer 👇

Devenir indépendant : plusieurs statuts possibles

Lorsque je me suis lancée, je pensais que le graal était le CDI et que devenir indépendante signifiait me condamner à la précarité.

Je changeai d’appartement tant qu’un propriétaire acceptait encore de moi comme locataire et fis une croix sur les emprunts.

Or il existe différents statuts avec leurs avantages et leurs inconvénients. Voici ma grille de lecture perso :

1. Créer une micro-entreprise

C’est le statut le plus évident et un excellent statut pour débuter.

Il se créé en quelques clics. Les charges se limitent à 25% de son chiffre d’affaire. Les déclarations se font très facilement en ligne.

Il offre beaucoup de flexibilité au lancement mais peu de protection sociale à moyen-terme.

Depuis juillet 2021, les auto-entrepreneurs peuvent bénéficier du congé maladie mais avec ce statut, on ne peut pas toucher le chômage, ni faire de notes de frais, ni lisser ses revenus d’un mois à l’autre.

Les cotisations pour la retraite sont également plus faibles. Il y a une franchise de TVA jusqu’à 36 500 € de chiffre d’affaires annuel pour les prestations de services. Plus d’infos sur ce statut sur l’URSSAF.

2. Contrat CAPE / Entrepreneur-salarié / Portage salarial

Ces 3 statuts, quoique différents, ont plusieurs ressemblances.

Ils combinent les avantages d’un accompagnement par une structure et la liberté offerte par l’indépendance.

En échange de 10 à 12% de votre chiffre d’affaires (en général), une société vous « porte » : elle gère tout l’administratif pour vous (factures, devis, notes de frais…).

Vous vendez sous son numéro SIRET et les contrats se font de façon tripartite avec elle.

La protection sociale est meilleure qu’en tant qu’auto-entrepreneur puisque vous êtes désormais éligible au chômage.

Par ailleurs, vous restez autonome : c’est vous qui choisissez vos clients, les jours où vous travaillez et à combien vous vous vendez.

 

Ces 3 statuts comportent aussi des différences notables, à prendre en compte lorsqu’on souhaite devenir indépendant :

Le Contrat CAPE

Peu connu, le contrat d’appui au projet d’entreprise est le statut le moins engageant mais aussi le moins protecteur des 3.

La société vous accompagne dans le lancement de votre activité, mais vous n’êtes pas en CDI avec elle.

La couverture sociale est donc moins bonne (santé et retraite). Le contrat CAPE est limité à 3 ans.

👉 Idéal pour un démarrage accompagné et sans engagement.

L'Entrepreneur - salarié

L’entreprise qui vous porte est une coopérative d’activité et d’emploi (CAE).

Elle a pour vocation de vous aider dans le développement de votre activité en vous accompagnant de manière individualisée et elle fédère un réseau d’entrepreneurs.

Elle fonctionne de façon participative : à la fin de son contrat CAPE, l’entrepreneur peut obtenir le statut d’Entrepreneur-salarié.

👉 Donner sa voie dans la stratégie et la gouvernance de la structure, une vision à plus long terme.

Le Portage salarial

Vous êtes en CDI auprès d’une société spécialisée dans le portage. Vous avez moins d’obligations qu’avec la CAE mais aussi moins d’accompagnement.

👉 La tranquillité d’esprit pour les entrepreneurs bien lancés.

3. Créer sa société : SASU, EURL, EIRL…

Pour devenir indépendant, vous pouvez aussi créer une société.

Chaque statut a ses avantages et ses inconvénients…

Il est important de se faire conseiller selon votre activité, votre statut familial, vos projets de développement…

Globalement ces statuts protègent moins que le salariat : vous n’êtes pas éligible au chômage, devez parfois compléter votre retraite et n’êtes pas nécessairement au régime général de la sécurité sociale. Le dépôt de statut est également payant.

👉 Étudiez ces statuts de façon accompagnée (par un expert-comptable par exemple) si les autres vous limitent trop dans vos activités (recrutement, etc.).

Autant dire que dans ce vaste choix de statuts, il peut être difficile de se repérer ! Personnellement, j’ai nagé longtemps avant de passer du statut d’auto-entrepreneure à celui de CAPE.

(Les webinars de Numbr m’ont bien aidée à y voir plus clair).

Des aides pour aider à se lancer

De nombreux dispositifs existent pour aider les personnes souhaitant se lancer ! Il est parfois important de se renseigner avant de démissionner car cela peut conditionner les modalités de départ.

CEP : Peu connu mais intéressant, le conseil en évolution professionnelle est un accompagnement gratuit proposé par les départements ! Vous prenez rendez-vous avec un coach qui vous aiguillera parmi tout ce qui existe en fonction de votre besoin. Vous pouvez les contacter de manière confidentielle même si vous êtes encore en poste.

ACRE, NACRE : Il se peut que vous soyez éligible au chômage et à d’autres aides même si vous démissionnez. C’est à condition que vous créiez votre activité et remplissez quelques autres critères. (Plus d’infos sur la page dédiée de Service-public.fr).

Pôle Emploi : Même si vous n’êtes pas éligible au chômage, vous pouvez vous inscrire et bénéficier d’ateliers de présentation, sur les différents statuts d’entreprise par exemple.

APEC : Si vous avez été cadre à un moment ou un autre de votre vie, vous pouvez bénéficier de l’aide de l’APEC. Formations, réseau… il existe plusieurs dispositifs à découvrir sur leur site.

CCI, BPI France, Régions… : On m’a dit que les Chambres du Commerce et de l’Industrie, BPI France ou encore les régions peuvent apporter des aides aux entrepreneurs. N’hésitez pas à aller voir ce qu’ils peuvent proposer.

En somme, osez frapper aux portes. Vous recevrez plein d’informations utiles !

Seul problème : personne ne sera capable de vous fournir une vision 360 des aides existantes. Si seulement ! 😅

Les frais « cachés » de l'entrepreneuriat

En me lançant dans l’entrepreneuriat je savais que je quittais le confort du salariat et ses avantages.

Pour autant, il y a d’autres frais supplémentaires que je n’avais pas en tête. Voici donc une petite liste d’éléments à prendre en compte quand on veut devenir indépendant :

Mutuelle : La mutuelle d’entreprise est parfois très bon marché. J’ai eu la bonne surprise de découvrir que de bonnes mutuelles existaient aussi pour les indépendants dès 24€/mois… quand on a 27 ans. Le coût d’une mutuelle peut facilement monter à 125€/mois passés les 50 ans.

Assurance professionnelle : En cas de problème de santé empêchant la réalisation d’une mission par exemple, il est capital d’avoir souscrit à une assurance professionnelle. Elle est même exigée lorsqu’on travaille pour le secteur public. Celle proposée par mon assurance s’élevait à 450€/an…et je ne vends que des prestations de conseil et de design ! Elle est bien plus élevée si vous avez un local ou si vous vendez des biens de consommation.

Frais de fonctionnement : Ordinateurs, forfait téléphonique, licences de logiciels… Autant de choses que mon ancien employeur me fournissait gratuitement ! A cela, il faut ajouter internet et l’électricité lorsqu’on est à 100% en télétravail. En tant que designer, il me faut un bon ordinateur et des logiciels de design s’élevant facilement à 70€/mois (licences Adobe Creative Cloud et Figma). On peut y ajouter un abonnement à un cloud sécurisé ou la suite Office 365. Le forfait téléphonique reste le moins cher avec des forfaits à 5€/mois par exemple si vous souhaitez un numéro professionnel (vive la double SIM).

Comptable : Si cela n’est pas nécessaire au lancement de son activité, il est peu pérenne de se passer de services comptables à moyen-terme. J’ai appris à mes dépends comment faire une facture, un devis… Certains services en ligne pour les indépendants commencent à 40€/mois mais un comptable tourne généralement autour de 200€/mois.

Mon conseil pour devenir indépendant : s'entourer d'une communauté !

Quand on devient indépendant, il est important de ne surtout pas rester seul·e !

Que ce soit pour le moral, le démarchage commercial, ou encore la montée en compétences, échanger avec d’autres professionnels est extrêmement enrichissant. Pour cela, il existe plusieurs réseaux et ressources :

Réseau alumni : J’ai eu la chance de faire une école de commerce avec un large et actif réseau alumni. Son club « EM Lyon au féminin » propose notamment du mentorat gratuit dont je suis heureuse de bénéficier. Tous les mois, je rencontre ma mentor Agnès Motte, une ancienne de l’école, qui m’aide dans mes choix et ma prise de recul par rapport à mon quotidien (merci à elle ! 🙏).

L’entourage immédiat : J’ai été heureuse d’avoir de nombreuses jeunes femmes entrepreneures sur ma route qui m’ont inspirée : Eléonore Blondeau, Diane Lenne, Alice Battarel, Rébecca Sfeidj, Marie Faubry, Maëlle Loisil, Laëtitia Audoin… Je n’hésite pas à les suivre ou les contacter quand j’ai besoin d’un conseil ! 🙏

Designers Ethiques : Grâce à mon association Designers Ethiques, forte de milliers de membres sur Slack, je sais toujours où poser mes questions et à qui.

Omnicité : La coopérative d’activité et d’emploi que j’ai rejoint, Omnicité m’accompagne, me forme et m’aide à rencontrer d’autres indépendants comme moi.

Ressources : Les webinaires de Numbr m’ont été très utiles pour comprendre les statuts décrits ci-dessus. Par ailleurs il existe au moins 2 podcasts dédiés uniquement au sujet de l’indépendance :

  • Shortcut, de Cédric Costa
  • Young, Wild and Freelance, de Thomas Burbidge

Leurs dizaines d’épisodes couvrent un très large panel de sujets, de comment réussir à prendre des vacances à comment formaliser une nouvelle offre !

4 choses à savoir avant de devenir indépendant
Conclusion

J’espère que ces informations vous auront été utiles et vous aideront à y voir plus clair !

Ca a été un soulagement pour moi de voir qu’il existait autant de ressources et de dispositifs d’aide quand on se lance.

J’espère que cette modeste expérience pourra aider certains d’entre vous à vous lancer plus sereinement ! 🙂

Note : Nous précisons que les informations contenues dans cet article sont des conseils. Elles n’ont aucune valeur juridique et ne sont peut-être plus à jour au moment où tu lis cet article

—————–

Je te dis à très bientôt pour un nouvel article !
Estelle

Cadeau

Télécharge ton cadeau de bienvenue !

Témoignage d'Anne : 4 choses à savoir avant de devenir indépendant
Cet article t'a plu ?
Partage-le sur Pinterest !

Passe ta souris au dessus de l’image et clique sur le logo Pinterest 😉

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.